Rhino 7 est sorti: une (r)évolution Subd

modelisation-sub-interieur-voiture-rouge-rhino3d

Sommaire

Rhino 7 est sorti

Rhino 7 est enfin sorti. Cette mise à jour majeure introduit la modélisation SubD dans Rhino. Sans compromis sur la précision, celle-ci permet d’appréhender des formes ‘complexes’ en toute simplicité. Explications:

Qu’est que le SubD ? Et quelle problématique de modélisation adresse-t- elle ?

Pour ceux familiers avec TSplines ou Clayoo, c’est à quelques à différences près, la même approche pour adresser les mêmes cas d’usages.

Le SubD ou surface de subdivision est un type de géométrie nouvellement gérée par la dernière version de Rhino 3d, la 7.

Dans les versions 6 et précédentes pour la création de solide (volumes clos, Graal du modèle Rhino) vous avez à disposition les géométries du type surfaces/polysurfaces ainsi que les maillages.

Les surfaces/polysurfaces permettent de définir très précisément les géométries à l’instar des courbes vectorielles employées en création graphique.

C’est le format employé dans les outils industriels type CATIA, SolidWorks ou Fusion 360 exportable sous forme d’IGES ou de STP et permettant une précision sur toute sa géométrie sans approximation.

En modélisation surfacique (Alias, ou Rhino) ou volumique paramétrique, le solide (volume clos) est créé à partir d’un assemblage de surfaces dont les bords ‘se touchent’.

Mais voilà, une surface est constituée (sauf exception) de 4 bords. La forme ‘complexe’ requiert un assemblage judicieux de surfaces pour constituer ce volume clos.

Pour simplifier les choses, une forme libre à la forme envisagée ci-dessous (à droite) peut être modélisée simplement à partir d’une opération assez basique d’extrusion sur laquelle des congés sont appliqués. L’aspect très mécanique transparaît néanmoins et la forme ne possède pas la fluidité de la forme de gauche générée à partir d’un assemblage de surfaces dessinées.

Exemples-forme-libre-et-extruction-avec-congé

Pour créer la forme de gauche, plus fluide, à l’aide d’outils de modélisation surfacique, un judicieux patchwork de surfaces est requis comme le fait figurer l’image ci-dessous où les surfaces sont colorées pour les délimiter. Aussi, la continuité doit être gérée aux jointures de ses surfaces (bords). Et c’est là la seconde complexité liée à la modélisation surfacique.

Surfacique : forme complexe

Forme-Libre-disposition-des-surface

Second type de géométrie (disponible dans Rhino 6 et versions précédentes), le maillage donc, est une approximation généralement (une discrétisation) créée à partir des Surfaces / Solides NURBS, à la fin du processus de modélisation. Employés pour le rendu ou la fabrication additive (format STL ou OBJ) par exemple, ils sont facettés (triangulé ou quadrangulés) et pour simplifier, la densité du maillage contrôle la précision du maillage.

La SubD, ‘surface de subdivision’, est la grande nouveauté de Rhino 7. Elle permet la création de formes complexes et précises tout en restant compatible avec les NURBS.

La Sub’d déployée dans Rhino 7 permet de construire des formes à partir des courbes Splines de degré 3 (à condition d’activer l’option de compatibilité Subd); c’est ce qui lui confère sa précision.

Cette dernière précision est importante, car un des reproches faits à la modélisation Subd est son ‘à peu près’. En effet, la majorité des déploiements Subd (Blender, Maya) s’appuie sur un algorithme de subdivision de maillage qui ‘s’approche’ d’une courbe ou surface de référence sans grande précision.

Dans Rhinocéros 7, la cage de contrôle de la Sub’D s’appuie sur les points de contrôle des courbes ou surfaces créées (à condition comme évoquée plus haut d’activer l’option de compatibilité). À la (grande) différence des Surfaces NURBS, la cage de contrôle des SubD peut être complexe et ne se limite pas à une topologie de rangée (U) et colonnes (V).

SubD-Cage-de-controle

Pour rappel, une surface NURBS non limitée est sauf exception constituée de 4 bords. Une forme complexe requiert donc un patchwork de surfaces. La grande difficulté dans Rhino (et plus généralement en modélisation surfacique) est la gestion des continuités entre surfaces pour obtenir des transitions fluides et contrôlées. Certes le congé permet ‘d’arrondir les angles’, mais son registre formel est très vite limité comme nous l’avons vu précédemment…

Prêt à vous lancer ? Obtenez votre licence ou mise à jour Rhino 7 et accédez gratuitement à nos formations courtes ‘pas à pas’ qui vous permettront de tirer rapidement le meilleur parti de cette (r)évolution.

Découvrir d'autres articles

Téléchargez le programme détaillé